Bangkok, je t’aime moi non plus

Et voilà, 1 mois tout pile après mon départ pour le pays du sourire, je suis de retour, triste, bronzée mais enchantée.
Dans ma tête je suis encore là-bas, mais mon corps est bien à Paris avec 30 degrés de moins.

Après un train de Paris à Amsterdam, puis un avion d’Amsterdam à Doha, puis un autre de Doha à Bangkok, nous sommes arrivés dans la capitale Thaïlandaise.

A notre sortie de l’aéroport, une vague de chaleur presque étouffante nous enveloppe.

On choppe un taxi qui nous amène sur la rue de notre hôtel : la fameuse Khao San Road.

Je vous déconseille fortement le D&D Inn, hôtel où nous sommes restés 3 nuits.

Pourquoi?

Il est impératif de demander une chambre qui ne donne pas sur la rue, problème : vous aurez une chambre sans fenêtre : Logique Thaï.
Les serviettes fournies ont des tâches marrons suspectes.
Pas de ménage. Pas de PQ.
A la moindre question, le personnel vous dira de prendre un taxi.
La piscine est dégueulasse, immonde, infecte, horrible, à vomir. Vous avez compris quoi.
La Khao San est vraiment chouette, j’ai adoré le quartier mais il est vraiment mal desservi.

JOUR 1 –

En sortant de notre hôtel, on se fait avoir par un tuk tuk.
Pas faute d’avoir lu absolument partout qu’il fallait se méfier, on est rentrés dans le panneau puissance 1000.
Au début un mec sympathique nous accoste et nous montre le plan de la ville -que nous voyons pour la première fois-  Il nous dit qu’il peut nous amener à l’un des temples que nous voulions voir pour 20 Baths (50 cts d’€), même pas besoin de négocier!

On ne savait pas quoi faire et montons donc dans le tuk tuk.
Le conducteur n’est pas le même que le gars qui nous a accosté et 2 minutes plus tard, il nous dépose devant un office du tourisme. On rentre donc dedans, un peu forcés et posons 2 pauvres questions histoire de partir au plus vite.
En ressortant le tuk tuk nous attends, on lui dit qu’on veut aller au temple mais lui nous balance un charabia interminable sur le fait qu’il a besoin de nous pour avoir son ticket gratuit pour de l’essence que les boutiques où il amène les touristes lui donnent.
On tente de s’échapper en lui disant qu’on a pas que ça à faire et que ça nous intéresse pas.
Je ne sais toujours pas comment il a fait pour nous faire remonter dans son tuk tuk !
Il conduit beaucoup et très longtemps, on se demande où il va nous emmener et comment on va faire pour se retrouver.
Après être passés sur une espèce d’autoroute, nous voilà devant un deuxième office du tourisme où l’on décide de poser exactement les mêmes questions que dans le précédent. 2 minutes plus tard on en sort, énervés contre le tuk tuk et surtout contre nous même et notre débilité. On le paye avec regret et retournons à pied sur la Khao San.
Retour à la case départ, on se sent complètement cons!

On se promène donc entre la Khao San et la Rambuttri Road où l’on mange notre premier pad thai au petit resto-bouiboui Tam Kin Kan !

1erpadthai
Juste à côté de nous, un cordonnier répare un sac rudimentairement, mais étonnamment bien.

Après une petite ballade devant le palais royal et dans le quartier nous sommes montés sur le toit de notre hôtel pour découvrir la piscine dégueu. On s’endort sur les transats.
Vers 20h il fait déjà nuit noire, nous prenons une bière Chang sur le toit tout en admirant les lumières de la ville.

toitdand

Nous décidons ensuite de nous rendre à Chinatown à pied, on finit évidemment par se perdre, à marcher pendant très longtemps dans des coins de Bangkok où il n’y a pas vraiment de vie ni de lumière.
Arrivés à Chinatown, c’est tout l’inverse, ça pète de lumière de monde et d’odeurs. Il y a très peu d’Européens, ce qui rend le quartier d’autant plus authentique.
On y mange un 2ème pad Thaï dans un bouiboui.
On se ballade et décidons de rentrer en taxi, pour éviter la même galère au retour.
Lorsque vous prenez un taxi, pensez bien à toujours demander au conducteur de mettre le compteur. Beaucoup refuserons et vous donnerons un prix fixe. Vous en trouverez toujours un autre pas bien loin.

JOUR 2 –

Après notre journée plutôt reposante de la veille, nous sommes d’attaque à visiter et découvrir les temples de Bangkok ! Je m’achète un pantalon typique Thaïlandais, pour me couvrir les jambes et être d’attaque pour la journée.
Nous avons un large choix, en effet la ville regorge de temples en tout genre : Wat Pra Kaew, Wat Arun, Wat Pho, Wat Saket, Wat Traimit, Wat Mahatat, Wat Suthat… et j’en passe.
NB: « Wat » veut dire « temple ».

Nous nous dirigeons devant le Santichaiprakan Park, pas très loin de notre hôtel.
Un gars nettoie devant et deux hommes sont assis devant. On avance par curiosité pour voir où est l’entrée. D’un coup, un des hommes se lève et nous dit que le temple est fermé car en train d’être nettoyer.
J’avais, encore une fois, lu PARTOUT que quelqu’un essayerai de nous faire croire ça. L’entrée était juste de l’autre côté. Dupes et pas bien réveillés on le croit. Au moment de nous en aller, l’homme, qui est en fait un conducteur de tuk tuk nous retient en nous montrant tous les temples qu’il pourrait nous faire visiter dans son bolide.
Nous nous en allons pas intéressés par sa proposition douteuse, c’est là qu’il nous a insulté. Là, les tuk tuk commencent à nous gaver.

Nous voyons donc en levant la tête le dôme doré de la Golden Mountain, ou Wat Saket et décidons donc de nous diriger vers ce dernier.
goldenmount2
20 baths plus tard, nous sommes enfin dans un temple. Il y a des gongs, des buddhas, de l’or, du orange partout. On s’y sent en sécurité et dans un autre monde.
Après une longue série de marche, nous arrivons sur le toit du temple où une vue imprenable sur Bangkok nous attendait.
On sonne le gong comme des bons touristes.

goldenmount1

Direction ensuite, le Grand Palais. Pour s’y rendre nous partons du port de Phra Athit, sur le fleuve Chao Praya, et prenons le bateau navette au drapeau orange (15baths) jusqu’à l’arrêt du Grand Palais. C’est le moyen de transport le moins onéreux de BKK.
Il est en effet très grand. Il fait aussi plus de 45 degrés et le fait de couvrir toute sa peau devient très légèrement insupportable.

grandpalais$
Bilel doit emprunter des affaires, et la caution est de 200 baths.
Si vous allez au Grand Palais, couvrez-vous les jambes et les épaules, ou pensez à prendre suffisamment d’argent pour payer l’entrée et la caution des fringues !
L’entrée est à 500 baths (12€) pour les touristes, et gratuite pour les locaux.
C’est la visite la plus chère que l’on va payer.
Juste avant d’entrer, on achète mangue prédécoupée et bouteille d’eau pour ne pas mourir de faim et de déshydratation pendant les 3h de visites indiquées sur le guide.
gp2
On apprécie en sueur ce que l’on est en train de voir, c’est majestueux, tout est fait avec détail. On y voit le fameux buddha d’émeraude, les jardins, les armes, les bijoux, c’est splendide.

Ne mettez pas de chaussures fermées car 1) il fait beaucoup trop chaud pour vos pieds, 2) il faut les enlever en permanence pour entrer dans tous les temples, 3) Ca pue !

Après près de 2h30 de visite, on est affamés, crevés et on a chaud !! On mange un peu et décidons de repousser le Wat Pho (Sleeping Buddha) et le Wat Arun au lendemain.
On rentre à l’hôtel en fin d’après midi pour se poser sur les transats de la veille.

Sur les conseils d’un ami, nous sommes allés au bar « Green house » : Buy 2 cocktails, get 1 free, sur la rue Rambuttri !
C’est assez sympa car des lanternes de toutes les couleurs pendent des arbres et la rue est très animée mais beaucoup moins bruyante que sa voisine Khao San.

On va ensuite se faire masser au « Khao San Massage », salon situé à l’angle de la Rambuttri et de la Khao San Road. Ce sera notre salon préféré, où nous reviendrons tous les jours.

JOUR 3 –

On reprend le bateau au drapeau orange pour aller au Wat Pho. Evidemment on prend celui qui va dans le mauvais sens, on doit donc changer de port. On attend très très très longtemps qu’un bateau orange s’arrête au port où nous étions .
On finit par arriver au Wat Pho (100 baths l’entrée) . On adore, on est bouche bée, c’est encore plus beau que la veille.
Bilel se trouve une obsession en photographiant presque toutes les statues (à savoir qu’il y a environ 1000 statues par temples). On voit des buddhas par centaine, et on assiste même à une prière !
Le sleeping Buddha est impressionnant puisqu’il fait 15 mètres de long et il est donc impossible à photographier en entier avec un appareil photo standard !

photo
Au bout de 2 bonnes heures de visite, nous décidons d’aller au Wat Arun, sur la rive d’en face. De loin, on voit qu’il est en travaux et perd beaucoup de sa splendeur. Arrivés au pied du temple, on voit qu’il est complètement fermé à cause des travaux. Ce sera une des plus grandes déception de ce séjour. On mange quand même une noix de coco au pied du temple pour se réconforter !

Puisque le lendemain nous voulons partir pour Ayutthaya, nous avons donc décidé de nous rendre à une gare des bus pour réserver notre billet de bus du lendemain matin. Nous avions le choix entre la gare Victory Monument ou Mo Chit.
Nous nous sommes donc rendus en début d’après midi sur la Victory monument. Après plus d’une heure dans le taxi et 150 baths de dépensés pour la course (tous les Thaïs partaient en week-end pour fêter l’anniversaire de le Reine le lendemain…) nous arrivons sur cette place.
C’est le bordel monstre. Il y a des bus, des taxis, des motos, des tuk-tuk absolument partout qui tournent autour de la place. Ca grouille également d’humains et on se sent ridicules et inutiles. Il y a également des centres commerciaux en hauteur qui sont reliés par des ponts qui surplombent la place.
On a du demander à environ 60 personnes de nous indiquer où s’achetaient les billets mais nous avons finit par comprendre, après plus d’une heure de galère que les billets s’achètent au jour le jour. Là autant dire qu’on a les boules de ne pas avoir été au courant avant. C’est à ce moment là qu’il a commencé à pleuvoir !
On reprend un taxi bredouille. On a perdu plus de 3h et environ 300 baths. On aime moins Bangkok d’un coup.
On a vraiment pas envie de retourner sur cette place le lendemain car la même scène avec les sacs à dos en plus, je crois qu’on finirait par s’entretuer. On décide donc d’aller dans une agence qui nous réserve tout en 5 min, en plus, on viendra nous chercher à l’hôtel. On paye quand même bonbon, car j’avais lu que depuis BKK on pouvait aller à Ayutthaya pour 40-60 baths (1€), nous en avons payé 250 (6€) mais on en avait plus rien à faire à ce moment là.

On se pose 1h dans l’hôtel car on est quand même un peu déprimés de l’aprèm que l’on vient de passer. On se console en allant acheter 2 bières au 7 eleven et on passe la soirée au GreenHouse puis au salon de massage.
On est en quelque sorte soulagés de quitter BKK le lendemain…

JOUR 4

Nous avons quitté Bangkok pendant 6 jours puisque nous sommes allés à Ayutthaya et à Chiang Mai, dans le nord du pays.
Nous avons du revenir pour une journée de transit du nord vers les îles au Sud.

Après une nuit dans un bus Thaï (pour en savoir plus sur les modes de transports Thaïlandais, clique ici!), nous sommes arrivés sur la Khao San à 7h du matin. Quelques cafés sont ouverts, mais il est clair que la rue est déserte comparé à ce que nous avions déjà vu.
Nous en profitons pour mettre à charger nos téléphones tout en avalant des cafés pour se réveiller.

A peine 1 heure dans la capitale, et nous nous sentons déjà mal à l’aise. Dans le nord, les locaux sont si adorables, toujours disponibles, aimables et heureux. A Bangkok, le retour à la réalité est plutôt douloureux puisque les tuk-tuk nous accostent en permanence, les commerçants tirent la gueule et la chaleur y est étouffante même au petit matin.

Fatigués et un peu déprimés d’avoir un autre bus à prendre à la fin de la journée, nous n’avons pas envie de faire grand chose.

On a donc vagabondé dans les rues alentours, nous avons mangé au Burger King (la bouffe Thaï commençait à mal passer), et jouer aux cartes dans le fast food presqu’une heure.
Nous sommes ensuite allé se faire masser et nous avons bu des verres au Green House tout en jouant aux cartes. Il faisait si chaud que nous avions commandé des verres de glaçons que nous nous étalions sur le corps.

Journée inintéressante au possible, mais nous n’avions absolument pas la tête à se perdre dans les rues bruyantes de la capitale.

Vers 19h nous sommes montés dans le bus direction le port de Chumphon pour aller à Koh Tao.

JOUR 5 

Après 15 jours sur les îles (Koh Tao, Samui et Phangan), nous sommes revenus sur Bangkok, pour nos 2 derniers jours de voyage.
Nous avions un mauvais souvenir de notre dernier court séjour dans cette ville, mais nous avions noté les choses que nous voulions absolument faire avant de la quitter.
Cette fois ci, nous avons logé pour une nuit à l’auberge CH Guesthouse, à 2 pas de la Khao San, le bruit en moins.

Ni une ni deux, nous voici dans un tuk tuk pour rejoindre la maison de Jim Thompson, devenue musée, située juste à côté du centre commercial MBK.
Amoureux de l’art asiatique, Jim Thompson a racheté six maisons traditionnelles dans le nord de la Thaïlande. À présent cet ensemble constitue un des rares exemple d’architercture Thaï traditionnel, conservé dans un excellent état.

La visite coûte 300 Baths et une visite guidée est obligatoire. Vous avez le choix de la visite en français ou en anglais et elle dure environ 30 minutes.
L’endroit est magnifique et regorge d’objets venant de part et d’autre d’Asie, les jardins sont reposants et l’atmosphère qui y règne est vraiment agréable.

IMG_9295

Nous sommes ensuite allés au MBK Center qui est un énoooorme centre commercial qui se situe à 5 min à pied de la maison de Jim Thompson.

IMG_9298

Nous n’avons pas fait tous les étages mais nous avons quand même fait un bon tour.
A certains étages, nous nous croyons presque dans les rues, les « boutiques » sont en fait des stands comme on en trouve partout en extérieur. C’est un labyrinthe géant où nous faisions demi tour sans même s’en apercevoir.
A d’autres niveau on ne sait pas distinguer le faux du vrai, et encore à d’autres endroits on se croirait dans un marché.
Je ne voulais pas perdre mon temps dans un centre commercial au début, mais j’ai adoré découvrir cet endroit qui fourmille.

IMG_9299

La soirée venue, nous sommes allés nous faire notre avant-dernier massage dans notre salon préféré.
Et ensuite … je me suis faite tatouée … !

Oui oui, tatouée. Depuis le début de mon séjour j’y pensais, et la Khao San regorge de salon de tatouage, et le fait de les voir a fait grandir mon envie.
Je me suis bien sûre renseignée sur le lieu puisque je suis du genre très douillette et flipette.

C’est pourquoi je suis allée me faire tatouer au Khao San Ink Tattoo. Le gérant est français et ma foi pas méchant ! J’ai donc pu lui expliquer ce que je voulais précisément. Les tatoueurs, en revanche sont Thaïs mais parlent très bien anglais. En 30 minutes, c’était bouclé ! Même pas mal ! 😀

IMG_9367

Pour fêter ça, (j’ai pas trouvé d’autre excuse..) nous sommes encore une fois allés dans notre bar fétiche : Le Green House.

JOUR 6

Triste…. mais triste…. je me suis réveillée déprimée.
Il restait encore la journée et pleins de choses de prévues mais je ne pouvais m’empêcher de penser à la fin du voyage et au retour à Paris.
Après avoir fini les valises et englouti un starbucks nous sommes allés dans un autre centre commercial dont nous avions entendu parlé, juste pour regarder!
Pour notre défense : 1) il faisait trop chaud pour rester dehors et 2) nous n’avions plus trop d’argent à dépenser.

Le terminal 21 ! C’est un centre commercial agencé et décoré comme un aéroport. Le -1 vous êtes aux Caraïbes, au 1er à Rome, au 2nd à Istanbul etc etc …

IMG_9326
Au dernier étage, le pont de San Francisco !

Nous avons également jouer à Mario Kart au dernier étage et j’ai gagné héhéhéhé..
Après ça nous avons décidé de prendre quand même le métro dit BTS pour aller voir le coucher du soleil au Sky Bar, rooftop de l’hôtel Lebua. Il faut s’arrêter à l’arrêt de BTS Saphan Taksin!

IMG_0273

Les gens qui attendent le métro font la queue !

IMG_0276

Pour entrer dans le Sky Bar, ne faites pas comme nous, allez y habillés comme des rois.
Pour les hommes, couvrez vous, les genous et chevilles, chaussures fermées.
Pour les femmes, couvrez vous également.
Ne faites pas non plus comme nous pour les sacs… Les sacs à dos et en plastiques ne sont pas acceptés depuis les attentats du mois d’août 2015 à BKK.
Ils n’ont pas non plus de consignes pour garder vos affaires.
Donc topo : Nous avons loupé le coucher de soleil et perdu 1h30 parcequ’on a du acheté un pantalon (heureusement qu’il y avait un petit marché pas loin) pour Bilel, et nous avons ensuite du, après avoir monté les 69 étages, les redescendre pour trouver un endroit où stocker nos sacs gratuitement. Novotel est notre ami.

IMG_0279 IMG_0281 IMG_9342 IMG_9346

Ca valait vraiment le coup.
Notez bien, si vous vous rendez au Sky Bar, que l’eau coûte 9€ !

Nous sommes ensuite rentrés après avoir merveilleusement bien négocié un tuk tuk sur la Khao San Road. Rituel oblige, nous sommes allés nous faire masser les pieds 30 minutes, puis nous avons bu notre verre au Green House avant de se diriger vers l’aéroport.

Bangkok, je t’aime moi non plus.


Une réflexion sur “Bangkok, je t’aime moi non plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s